Expositions

Dernier ajout – dimanche 24 décembre 2017.

Exposition de printemps
(Ouverture au public à partir du mardi 14 mars 2017)

Reportage d’Eric Patou pour News Art Today.


Étoil’Érmitage du projet à la réalisation.



Bientôt à l’Ermitage,quand viendra le printemps, vous pourrez après celle des jardins d’Orient de l’Institut du Monde Arabe, admirer l’anamorphose conçue par François Abélanet.

Etoil’ermitage

Marcher vers les étoiles à défaut de marcher sur les étoiles, tel est le défi que nous lance l’artiste de land’art François Abelanet. Son installation, comme suspendue entre ciel et (par)terre, nous entraine dans une sorte d’apesanteur : évoluons-nous la tête en bas ou l’esprit en l’air(e) ? Les deux sans doute, magie de l’anamorphose qui nous invite à inventer de nouveaux horizons, de nouvelles perspectives, de nouveaux paysages. Avec nos yeux bien sûr, mais pas seulement. Ô temps suspend ton vol, Ô fleur suspend tes formes, tes couleurs et tes parfums. Etoil’ermitage, l’installation de notre anamorphiste expert en illusions bien réelles, nous entraine à la recherche d’une nouvelle vérité, végétale, fugitive, mentale. A chacun de nous de l’investir, de l’intégrer, puis de l’oublier. Les étoiles sont aussi faites pour s’éteindre, après avoir brillé.

François Abelanet est à l’interconnexion de deux mondes, celui de la nature avec son père agriculteur et celui de l’architecture et de l’image à partir de sa formation d’architecte et de cinéaste.
Il a construit des musées privés comme celui de LVMH à Asnières et a conduit des films avec David Lynch ou Robert Hossein.
Il est donc au bord de plusieurs mondes et cela l’a conduit à s’intéresser aux anamorphoses en art contemporain, c’est-à-dire en intégrant la haute technologie au mécanisme de la perception.
L’anamorphose amène le public à percevoir une image déformée dans l’espace qui sera reconstituée à partir d’un point de référence. Il ne faut pas oublier que notre vision dépend de nos sens et de nos émotions et reconstruit une image à partir de son vécu.
C’est ainsi qu’aux Vallons, il utilisera la prairie pour révéler l’image symbolique choisie.
Cette image, une étoile chère à l’esprit des lumières, sera visible à partir d’un point de référence près de la piscine.
En se promenant loin de ce point on percevra cette image déformée faisant que la maison semblera décentrée par rapport à des triangles magiques.

Architecte, poète, décorateur et passionné de land art, l’artiste François Abélanet décline sa passion pour la création, le jardin et bien sûr l’anamorphose via ses installations étonnantes comme celle dernièrement de l’Institut du Monde arabe.
Rêveur d’un monde aussi naturel que merveilleux, il passe sa vie à réinventer le réel comme il le désire. Etonner, émerveiller, donner à voir, à regarder différemment sont ses credo.
Jonglant avec la géométrie, la perspective, le volume, mais aussi avec les possibilités offertes par le numérique, il ré enchante les jardins et bassins pour le plus grand plaisir des grands enfants que nous demeurons tous !
François Abelanet "l’anamorphiste" s’est rendu célèbre par ses projets spectaculaires. Il détient le record mondial de la plus grande anamorphose décerné par le Guiness Book des Records 2013.

Mai 2009 : globe et cube géants dans les jardins de St Germain en Laye
Août 2009 : cube éphémère sur une plage de Bretagne
Juin 2010 : installation végétale 3D dans le Parc de Bagatelle
Juin 2011 : anamorphose sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris
Juillet 2013 : anamorphoses monumentales sur la place Bellecour de Lyon
Octobre 2014 : grande anamorphose sur le parvis de La Défense
Juin 2015 : Tryskel géant à la Cité des Télécommunications de Lannion
Septembre 2015 : Goutte à Doute et Anamosphère à Angers
Printemps 2016 : anamorphose suspendue à l’Institut du Monde Arabe de Paris
Printemps 2017 : Anamorphose des Vallons à la Fondation de l’Ermitage.


Retour vers le haut